Créer un site internet

Les observatoires de la TPM

-  Les   observatoires ;

 L ' observation , c' est le fait nécéssaire et obligatoire d'étudier le terrain par la vue  afin d' avoir une idée sur la situation , ou sur les situations proches ou lointaines , et si possible , à venir ; ensuite , l ' action se produisant , l'observation continue afin d' exploiter la situation et prévoir les éventualités , et  ainsi d' arriver à un but . L ' observation peut être communiquée pour exploitation à la voix , ou aux signes , ou par écrit, mais surtout , par transmissions électriques:- téléphone , radio , plis-morse, signaux afin d' informer la hierarchie , qui avisera et agira.

 ......  Mais ne soyons pas trés chauvins...et nombrilistes: les observatoires français sont  presque TOUS d'inspiration allemande, vus  puis estimés et étudiés sur la Ligne Hindenburg,une fois conquise ,ou ailleurs, ,telle la  Michel Stellung, à Senon, Dommartin la Chaussée, Preny,( bretelles de la Ligne Hindenburg)...ETC ETC..Hélas, on a mal copié et voulu faire trop gros; et on a construit sur la Ligne Maginot des observatoires trop gros  - Ligne qui n'y est pour rien ! - Ligne Maginot  qui  a été accusée de tous les maux, alors que les maux venaient de la bêtise et de la suffisance.des Français et des gouvernants et des chefs militaires, suffisants!....(pas tous).

  -Exemple d'observatoire , à  La Folie,-Mouzon; vues et tirs vers le flanc Est de la Truche et la vallée de la Chiers-Carignan; construction "lourde", en béton armé, cinq mètres de façade; petite ligne de défense entre Chiers et Meuse ( plus à l'Ouest:gros-ouvrage d'artillerie de Mouzon-Vaux les Mouzon prévu, piqueté...mais non construit:"pas d' sous, pas d'temps").Secteur du II/136e RIF et du 14 e RTA, 3 eme DINA. Tous ces gens,avec le 246 e R.I, le 15 e RTA, vont se replier sur ordres sur la " bretelle d'Inor- la Ferté- Malandry-Pouilly sur Meuse"...qui n'existe pas, sauf un vermicelle au dessus d'Inor, et les positions de terres-solides- des Allemands en repli aux 6-7-8-9-10 et 11 Novembre 1918 !, morceaux arrières de Ligne Hindenburg...Avec peu de chevaux, crevés de froid ( pas morts!) durant le rude hiver 1940, peu de P.Lourds;la 3 eme DINA retraite subitement,  laisse de l'artillerie et des stocks sur place;( la 33eme section de munitions, au Flavier, fait  sauter toutes ses munitions en stock...et s'en va! triste armée.

      

                                            Wp 3944

              

 - Nécessité d' une bonne observation, et de bonnes transmissions :  Offensive du Chemin des Dames Avril 1917,-dans les "Carnets Secrets" , d' Henri Bordeaux ; " Affaire du Chemin des Dames"," relations avec le Sénat" , il est cité : " les officiers d' infanterie...recherchaient leurs camarades de l ' artillerie " afin de leur appliquer une correction" ( " en fait , les fantassins voulaient casser la figure aux artilleurs") ; en effet , lors de l' avancée catastrophique des soldats sur les falaises ,et les champs fortifiés des plateaux du Chemin des Dames, de Vauclerc , de la Californie , en plus des mitrailleuses allemandes qui ressortaient " par derrière" , par les systèmes de galeries-fourmilières des creutes , les artilleurs français tiraient  souvent en aveugle , sans vue et sans renseignement , ou mauvais renseignements, dans le dos des troupes; ce , en appliquant la consigne " du feu roulant" , soit un feu d' artillerie cent mètres en avant des attaquants, et relevage du feu d' une fraction de 100 mètres toutes les trois minutes , " temps necessaire et arbitraire" pour une marche en avant de fantassins , " sur un terrain ennemi laminé par l ' artillerie française" , ce qui n ' a pas été le cas ; ( ce systême avait trés bien fonctionné chez les Anglais , puis à Verdun , pour la reconquête , mais sur un front de 4 km de large , et non de 40 km ): et , sans observation , ni transmissions sérieuses, les Français se sont fait tuer dans le dos par leurs canons de 75 , aprés s' être fait tuer par les Allemands , ressortant des galeries des creutes ( " il n ' y a pas que la caverne du Dragon , au C.D ; tout le dessous est troué-gruyère" sur une vingtaine de KM, sous la grande ligne de crête, représentée par la R.D- C.D).

 Au Chemin des Dames par défaut d' observations ou mauvaises observations ,perturbées - poussières, fumée, et par défaut de transmissions , les Français se faisaient assassiner par leurs propres 75 , par des tirs fatricides...(  Avec, en plus une  organisation sanitaire  et d' évacuation des blessés  déficiente ; "chaque homme avait un sifflet pour signaler qu ' il était blessé ; et çà sifflait sur le champ de bataille ; et , au fil des heures , les sifflets s' amenuisaient..." )( en  fait, les mutineries qui ont suivi, c'est plus un mouvement de révolte qui est né de la non-préparation ou du mauvais état,ou insuffisance, du système sanitaire français, qui a provoqué les mutineries,plutot que le fait de ne pas " vouloir combattre"; les soldats n'avaient plus confiance dans un système  de commandement bancal, qui n'avait rien prévu,ou mal prévu les soins sanitaires pour sauver les blessés; c'est çà le fond du problème de l'affaire du Chemin des Dames! "Le matériel humain " se révoltait).

   ... -" Les Allemands , quand ils ont été obligés de reculer aprés la Bataille de la Marne,- car le corps de bataille et leurs armées étaient disloqués- ,  se sont repliés sur toute une ligne d 'observatoires- points hauts- repérés à l ' avance -, ou relativement hauts sur les plaines, ou plateaux : - Mont Kemmel , Hill 60 ( butte de déblais- parages d' Ypres ) , collines de l' Artois,  St Gobain , chateau de Coucy ( dont le feu donjon, de quarante mètres de haut , permettait des vues à 40 km à la ronde ), rebord du plateau du Chemin des Dames - Vregny- Cerny ," taupinières" de Champagne : Mont Cornillet , Ferme de Navarin, Mont Perthois , Sans Nom, butte de Vauquois , Montfaucon, Haraumont-Vilosnes...." ( "souterrains.vestiges.free.fr ").Aparté/Ferme de Navarin : travaux de déblaiement en bordure du champs du paysan-connu,parlé, vu plus d'une fois-vient vider son champs des épluchures diverses de la guerre, fusées Dopp, fers,etc(il a le droit, c'est chez lui); un puits-périscope est apparu, idem ceux de Vauquois; couloirs taupinières-éffondrés; accés interdits; les Allemands avaient fait la Ligne Maginot avant l'heure !...Téléphone et béton et puits, et plaques d'acier de toiture.

...   Navarin...tiré du patois local ardennais et champenois: " n'ava rin", je n'ai rien ( à manger); la ferme faisait halte-auberge, maigre et un quart d'étoile!, pour les voyageurs; car jadis on voyageait à pied, 20-25-30 Km jour, à mule ou cheval,pour les riches,50 60 km jour, en carrosse simple, pour certains de la" haute" ( Nobles , à cheval); il fallait bien dormir quelque part, et manger; donc, sur la paille; et quand il n'y avait plus rien de fait pour manger, le patron disait " n'ava rin!"; et le mec allait se coucher dans la paille...

...  Car , " qui tient les hauts , tient les bas", grace à l ' artillerie et aux mitrailleuses.  Exemple : ensemble artillerie allemande et observatoires groupés , en réseau , tel l ' Observatoire allemand " parfait" de Montfaucon ( 18 pièces-observatoires sur la colline, chaque pièce observant un petit secteur de tir et desservant  en observations et remarques une dizaine de batteries lourdes) (99 sites de batteries lourdes  Rive gauche).   Voir également dans le site de la Main de Massiges , " travaux 2014", découverte de travaux allemands pour construction d' un observatoire voyant sur Virginy - au sud- galerie et puits de sept métres de profondeur ; non terminé par les Allemands car terrains pris par les Français en Septembre 1915 ; travaux neufs - reconstitution en 2014.

  " Ils s' installaient, ils étaient chez eux ", d' aprés Ludendorff et l ' extrême-droite allemande....( terrains durement acquis lors de l ' offensive - qui devait être décisive !- du  25 septembre 1915 ; résultats : 4 à 5 km de terrains conquis  sur 25 km et prés de 120.000 tués ! ( entre Artois et Champagne, travail de Joffre) ; mais , " on ne savait pas y faire"...

 obs parfait:Montfaucon-église 1916,allemand!Un des observatoires allemands,construit de bric et de broc, Montfaucon-église.Construit dans l'angle de l'église, mais bétonné de l'intérieur, résistant ainsi aux tirs de l'artillerie lourde françaiseq;

 Observatoire-guérite  Maginot, installé dans les taillis de la côte entre Villecloye et les casemates d' Ecouviez ; récupéré vers 1977 par l ' Assoc de Fermont, et mis à l ' abri des ferrailleurs.    Wp 002077

 ... Cette tour-guérite est une copie d' une tour-observatoire  , tour de l ' Ormont , sommet des Vosges ,  à  873 mètres , , observatoire allemand  ; voir : "lieux-insolites@cegetel.net" , exellent site sur des tas de choses ( dont reportages sur l' Alsace-Vosges pendant la 1ére Guerre Mondiale ( Linge, Ste Marie aux Mines, Viel Armand,etc....).

  .... Sur la T.P.M , il n ' y a pas de casemates ou blocs- observatoires spécifiques comme il y en a sur la ligne " lourde", c.à.d entre Longuyon et le Rhin , ou dans les Alpes ( genre  observatoires de Puxieux ,  de Hauts des Vignes...) .   Les observatoires-blocs-quasi casemates du genre des observatoires de Cattenom , de Boust , du Haut de l ' Aiguille, du Pic de Garuche , etc, ,  chers , parceque  blocs " particuliers" , spécifiques ,  n ' ont  pas été construits sur la ligne des Nouveaux Fronts , car il n ' y a plus d' argent dans les caisses ; pas la peine d'  en chercher sur le terrain : plus de budget ; donc , on a une ligne "Low- coast, une ligne discount.". avec beaucoup de pièces " manquantes"..Et dans le même ordre d' idée , en plus de manquer de blocs spécifiques , il manquera aussi des blocs et leurs tourelles sur les  ouvrages construits : par exemple , au Chénois , il manque deux tourelles d' artillerie ( il devait en avoir trois , puis deux ...et une seule a été montée ;  Thonnelle devait avoir deux tourelles ou trois d'artillerie: aucune n ' a été montée , sauf celle d' A.M du B 4-pis-aller ; et également, il reste des tas de terre , des déblais accumulés n ' importe où , dont devant certains glacis ou champs de tir ; exemple du Chésnois- B 7  :- il y a un tas de terre énorme devant l' entrée , ainsi qu '  un autre , immense sur la droite-Est de la même entrée, avec un talus bouchant la vue , donc les tirs sur une trentaine de degrés)....

 - Plus de sous! En conséquence , tout devient observatoire :-  B 4 au Chénois-cloche GFM voyant vers l'Ouest réhaussée - donc fragilisée, par apport d' un " anneau de serviette",  - rallonge,- plus fine, ( une rallonge de cloche G.F.M semblable git au casernement du col de Restefond, sud Barcelonnette-) ( c 'est loin , c ' est haut , et c ' est beau, et il y a plein de moutons; et des vélos !...et de la neige ) - Egalement , le GFM du B 1 se trouve rehaussé afin de servir d' observatoire vers l'Est, et on lui adjoint un gros périscope , J 2 ; de toutes façons, partout , autant  " chez les riches" que chez les" discount," tous les GFM assurent une observation, et informent le P.C par le truchement du central...( sauf si enconbrement ).

Pas la peine de chercher des abris- arrières - d'infanterie  ( comme le Gros-Bois , ou l ' abri d' Hatten , etc.... ) : rien de tout çà sur la T.P.M ; on trouvera un expédient " utile" , si les liaisons avaient été aussi par radios, grâce à l ' adjonction  de six casemates d' artillerie indépendantes avec un canon de 75 mm ; mais çà n ' est qu ' un expédient.( bonne idée , pourtant, surtout à la Ferté; mais casemates non reliées au P.O par galerie souterraines)(ce qui n'aurait d'ailleurs pas sauvé l'équipage du P.O, le système étant de " se faire tuer sur place, même si ça ne sert à rien!")

  " Rond de serviette" , rehausse pour cloche GFM, plus fine: 15 CM environ , 80 cm de haut ,au Col de Restefond, vieux fort ( et brouillard).( 1985 neige, 2015 et 2017 ) Les embrasures jonchent le sol, et les cloches, dont une B , non oeuvrée.( le perçage et l ' usinage des meurtrières étaient réalisés sur place , la cloche  étant délà " in situ" , dans son béton , la machine-tour installée devant ; ce , afin de réaliser la meurtrière exactement  à l' endroit de l'arme ou/et des vues du terrain , plutot qu ' avoir à commander une pièce-cloche à faire fondre au Creusot , avec des meurtrières " là où il les fallait! " .  Et , toujours prés du col de Restefond , il y a une plus petite ... " C'est au choix mon frére! comme ti veux tu choises". ....Et également , tracé à la baguette de soudure , inscrit à l ' intérieur d'un créneau pour canon-mortier de 75 mm modèle 1931, non monté, bloc non construit au Col de Restefond : THYSSEN,  qui est le fabricant  allemand !.....Comme çà , ILS ne sont pas au courant de ce qu ' il se construit !....Mais , par ailleurs, beaucoup de systèmes électro-mécaniques de la L.M sont issus de chez Siemens, usines trés en avance au point de vue technique.....Et certaines optiques, bien que provenant de chez Huet, avaient des prismes ( ou autres??) Zeiss.ou autres allemands....Cloches diverses....mais il y en a une de sympa...  Le Col de Restefond , " c' est beau !" ; et le fort , aussi ; et aussi , abandonné ! ; abandonné par l ' armée ; qui abandonne tout ! .....Pauvre armée...

                                                                                          Wp 001562

 Wp 001560

      Les observatoires  de la T.P.M ( et de la Ligne ) sont de deux sortes : - ceux internes à la fortification , et - ceux externes à la fortification , dont ceux faisant partie des troupes d'intervalles,  - soit le régiment de forteresse attaché au secteur ,  - soit des troupes de campagne , " surajoutées". ( d' autant plus que le général Gamelin a " désolidarisé" la L.M - indépendante- pour l'inclure dans les troupes de campagne , laissant ainsi sous le commandement de chefs " biffins" des ouvrages qui n' avaient rien à voir avec des troupes de campagne , les " biffins" n ' étant en rien au courant de la Ligne Maginot , secrète ... ) .( en créeant des " surcharges de commandement" : exemple : le Capitaine Aubert Eugène , qui commande le fort du Chesnois - 360 bonshommes- , commande ,  en plus , toute la 3 eme compagnie- C.E.O- soit huit casemates ! c ' est tout !, alors que celà devait être le boulot d 'un autre capitaine....; " homme- orchestre")( "defaut de cadres , défaut d' encadrement ! " Avant , en théorie, la section, 50 hommes.ou 60 , était commandée par un lieutenant, aidé directement par un adjudant - l ' aidant ! ou un sergent-chef, ou un aspirant " pour" pousser "les hommes et les laisser dans le rang" ; puis ,on a mis ces cadres là comme chefs de section , donc plus personne pour "pousser" ! CQFD.( et en plus , il y a aversion de certains officiers à l " encontre de gens de réserve....") ( chanson connue)( surtout s' ils sont , dans " le civil" , ingénieurs ,ou techniciens, ou Controleur de Douanes ,ou avocat stagiaire( ou pas....- no comment ).

  Les  deux systèmes d' observatoires " travaillent" tous les deux pour l'artillerie  ( et l ' aviation ) tant  pour celle d'ouvrages que celle  d'intervalles ou en arrière, reliés aux centraux  d'ouvrages , aux centraux arrières et  aux groupes d'artillerie, et , théoriquement , à l ' aviation d' observation de chaque division d ' infanterie : sept appareils Mureaux , en théorie , en relation avec l ' officier d' aviation- observateur installé dans chaque gros-ouvrage ( "sans les transmissions  directes et immédiates "ad- hoc ".....).( aviation d' observation qui " devait" exister - devait !-...).

                  -  Observatoires internes à la fortification :   ( de l'est vers l'ouest).

                     G.O Vélosnes /: B 4- observatoire , , observation par une cloche GFM du B 1- casemate cuirassée .et par le bloc de 47 A.C- B2 ;,plus un  petit observatoire de campagne composé d ' une guérite pentagonale, couverte d ' une dalle-béton ; la guérite voisine, " nue", dans les broussailles , vers 1980...s' en est allée....( à côté : puits-citerne ? du petit camp romain , ou gallo-romain de la Ramonette ?....). observatoire T 24 en béton.

                    - les casemates d'Ecouviez , Saint-Antoine et Fresnois participent à l'observation par leurs cloches GFM  et couvrent l'importante zone d'inondation entre Saint-Antoine et le pied de Vélosnes et la fontière belge , qui longe la voie ferrée Charleville-Sedan-Montmédy-Longuyon. Petit observatoire-guérite sur pylone, dans les bois ("c 'est envolé un jour ...")

     Obs T24,pied B1 Vélosnes;voisin:disparu,pffftt

                  - Observatoire et casemate d 'artillerie de Villecloye

                    -Citadelle de Montmédy: qui participe à l ' observation.

                    - P/O Thonnelle observe par le seul GFM de B 2 ,casemate cuirassée " sur le haut-relatif" de la colline; également ,B 1 et B 4 surveillent l'Est et l 'ouest. Guérite double observatoire dans les bois ; actuellement installée au P.O de Villy la Ferté ; elle y est aussi bien là que dans ses bois; repérée par nous il y a ....longtemps )

                     -Les casemates d'Avioth, Guerlette,Thonne et Christ participent à l'observation par leurs GFM;

                     - Le B 1 et B4/ Chénois observent par des cloches GFM " haut-perchées" , vers l'est et l'ouest; ces GFM font environ 1,5 mètres de haut de plus que les cloches  courantes, et possédent un trou sommital pour un gros périscope ; c'est à partir du B 4 , que le témoin privilégié, Pol Peltier - voir "témoignages- fort du Chénois" a observé- dirigé-avec le Lieutenant d'artillerie! les tirs d'appui aux canons de 75mm de la tourelle du B 5/Chenois, pour " aider" la Ferté , assiégée. Mais il voyait ce qu'il pouvait au milieu des fumigènes ( application de la technique d'un certain colonel de Gaulle, dans " vers l'Armée de métier", : utilisation des fumigénes ; les Allemands lisaient mieux  les livres à sujet militaire que les Français !).  Aparté : le Chénois a tiré 4000 coups de 75mm sur la Ferté "pour faire le ménage" et empécher les Allemands d'aborder;  or , la position de Saint-Walfroy/Ouest, fortifiée , posséde des observatoires de campagne( trois subsistent) et était équipée de tranchées, avec des soldats, et ,en théorie, avec des armes, dont des mitrailleuses, dont une tourelle démontable modèle 1934; il aurait été plus judicieux de balayer le haut de la Ferté aux mitrailleuses , tirs à 1200 mètres, surtout sur les arrières , les zones de tirs étant supposées repérées avant ( ou alors, si çà n'était la cas, pas la peine de s'engager dans une guerre....!); les tirs aux deux  canons 75mm du Chénois ne faisaient qu' aggraver la fumée des fumigènes allemands , fumées diverses à l'abri desquelles les pionniers se sont déplacés ainsi que le vacarme ( les pauvres gars ont supporté du 155 français en plus des 210 allemands).( les tirs repérés , directs ou indirects, à la mitrailleuse , et ce jusqu'à 3500 mètres , étaient monnaie courante pendant la Grande Guerre; et les visières des blocs du Chénois - par exemple B 4 et B 3- sont biseautées ad-hoc).( "conso"- production de cartouches de 8-50 " Lebel" : 6,5 milliards de cartouches durant la Grande Guerre ).

                                                               block-4-obs/Chenois:Ouest

                         - Les casemates de Sapogne, Sainte Marie , Moiry et Margut participent également à l ' observation.

                     - La Ferté / B 2 , point le plus haut de la colline de la Croix de Villy , posséde une cloche V D P ( la seule VDP de la TPM avec Vélosnes) . Les cloches GFM observent le panorama des avants , mais également les arrières ; elles réglent en particulier , en cas de bombardement et d'avancées ennemies par l'arrière - conjoints-,les tirs " à l'aveugle" des F.M  de protection latérale des chambres d'armes ( F-M arrière,qui croise ses feux avec les affuts des MAC 31 et le 47 A.C de flanquement) ; ces feux sont dirigés par téléphone jusqu' au tireur du F.M qui dispose d' un affut composé d'une " demi- lune"horizontale graduée et d'une autre verticale afin de battre les glacis arrières ; ce dispositif de tir est trés visible à la Ferté ; mais c'est un peu un luxe de précautions ( dépenses somptuaires ), car lors d 'un bombardement , l' ennemi ne se tient qu ' à quelques 200 mètres en arrière de la zone pilonnée)..... La cloche VDP du B 2 est liée directement par téléphone à la tourelle d ' artillerie du bloc B 5 du fort du Chénois, en passant par le P.C -Artillerie , bien entendu ; cette cloche était surtout prévue pour des tirs à 3000 mètres en avant( et au-delà) de la Ferté , grace aux tubes de 75 mm de la tourelle modèle 1933 du Boc  B 6 prévu, mais  bloc jamais construit par manque de liquidités.

   ----       -  Observatoires externes à la fortification ; ce sont des observatoires " de campagne", souvent constitué d' une guérite pentagonale, bétonnée ou pas, fils de téléphone logés dans des sillons , pour échapper aux éclats d'obus ras du sol. ( que quelques observatoires ! )  

                  ..... Autre , perdu dans d' autres fourbis, en expo....pèché à la ferraille , il y a longtemps...Avec un canon de 25 mm A.C,...venant.. d'ailleurs...

   20150509 095614

           - Au pied Nord de Vélosnes-disparu  dans les ronces,- juste au dessus de Vélosnes-village 55, possesseur de la Colline de la Ramonette - (mais plus du fort !), se trouve une guèrite  grosse pentagonale bétonnée....ou bien, se trouvait...

           . A l'ouest de Thonnelle , la guèrite s'en est allée, noyée dans les labours.. Guérite simple , explosée par pétard ou grenade, et sauvée par voisin de chez le ferrailleur , in extremis ( en cherchant des poutres IPN dans un parc à ferrailles....!)

    My8 observation pic04 1                My8 observation pic02 intérieur      guérite de chez férraille

    Wp 002060

    Guérite-visuel biplace récupérée et exposée à Villy la Ferté.

  Dans les parages de Sainte-Marie , deux guérites-fer dans du béton sont perdues dans les bois.

           - Le bloc MY 8, guérite, surveille Thonne le Thil ; 500 mètres plus à l'Ouest , l'observatoire bétonné-guérite de Saint-Donat ne surveille plus rien , noyé dans les bois ( les pauvres soldats , obligés de quitter les lieux au retrait , ont eu le temps , et la rage, de bétonner les deux visuels) ; 500 mètres plus loin  sur ce qui fut une lisière de bois, la guérire a " fondu".

          - Un peu plus loin , à Saint Walfroy , il  subsiste quatre blocs- guérites bétonnés, avec ou sans la guérite.

          - Au dessus de Sailly,- secteur du bois de Blanchampagne - 136 eme R.I.F ,- mais là , on tombe dans les secteurs de campagne, hors de la zone des ouvrages Maginot-, les observatoires en béton se succédent pratiquement tout les 500 mètres jusqu' à la Truche, grosse colline qui devait supporter le G.O de Vaux les Mouzon, gros ouvrage prévu, terrains expropriés, piquetés, fouilles débutées; ouvrage non réalisé par manque de liquidités (et également dernières tranchées de la Ligne Hindenburg. parmi les plus à l'Est.). ( P.C du 136 eme R.I.F , situé dans les bois, on peut y voir encore les traces des cables muraux et des appareils; idem pour la boite de coupure, ouverte...)

 OBS St Donat 800m sud Thonne le Thil  Obs vers Mouzon ,bois de ChampagneSt Donat ligne de tranchéesautre Obs St Walfroy Margut feue la guérite, ferraillée St Walfroy La dernière photo de l'observatoire en béton , et guérite ferraillée, montre la crue de la Chiers, concomitante avec celle de la Meuse - ce 29 Décembre-2012 ; dans ces zones basses , étaient prévues desobs sans guérite, ferraillée petits barrages-digues, comme devant la casemate de Saint-Antoine, par " échelles," et ce , jusqu'à Sedan , afin de créer des zones inondables, donc inaccessibles ; voir carte renseignée allemande, sur carte française " travaux de 1936" , sur laquelle , et lesquelles( cartes de toutes les organisations défensives françaises, de Oltingue à Bray-Dunes - Bundesarchiv) : inscription :" Ubersch Wemmungsq" , dans le cours de la Chiers , avec le réseau de rails rive gauche. Beau travail de renseignement photo- et dessins.

 Les observatoires sur les flancs Nord et Ouest de Saint-Walfroy sont installés , non en crête militaire ,mais sur  et dans le front  de côte, zones d'anciennes carrières de pierres et également de mines à ciel ouvert de minerai de fer, certainement gallo-romaines, comme celles de Signy(- Montlibert) et Thonne le Thil. Du haut- plat de Saint-Walfroy , panorama à 360 °, sur ( presque ) l'infini ; un peu comparable à celui de Sion -Vaudémont " lieu où souffle l'esprit" ; les Chrétiens n'ont fait que continuer la croyance  et l'exaltation de ceux qui étaient là il y a deux mille ans , ou cinq mille ans.ou 10000ans..   - Un chemin dit " des Romains" passe en ligne de crête ( toujours !) entre Lamouilly et la chapelle St Donat,et continuant vers l'Est et Montmédy;   Wp 001932 Sur tout le pourtour de la colline de Saint Walfroy , en crête militaire et non en crête géographique , on trouve une bonne huitaine d' observatoires et deux tourelles démontables pour mitrailleuses modèle 1934, ôtées. Le tout , lors de l ' attaque sur Villy la Ferté , a été trés soigneusemnt enfumé par les tirs allemands, comme suivant les préceptes inscrits dans " vers l ' armée de métier" , livre tiré à compte d' auteur et écrit par un inconnu , colonel Charles de Gaulle , plus lu par les Allemands que par les Français.....

.Dans les bois au Sud de l'observatoire de Saint-Donat  se trouvent : le PC du 2eme Bon du 155 eme RIF et une chambre de coupure  " de rocade arrière".  Autres ...: la Truche , Ferme Cernay , Eoully...." Col de Mouzon-Carignan, "les Entrecour"-Ferme la Folie..( mais , par contre , ces deux observatoires ne sont pas mentionnés sur les cartes 1936 renseignées par les Allemands ; l' observation -photo aérienne  ou les espions, les a oubliés)..( ILS ne pouvaient pas tout voir , tout savoir...) ( ainsi qu 'un bloc pour 25mm, oublié par le renseignement allemand ! mais abandonné sans combattre sur ordre d' Huntzinger, lors du mouvement vers la " bretelle d' Inor", afin de " protéger" la Ligne Maginot sur l ' Ouest)

 - Petit chapeau ou capuchon de périscope J 2, de cloche GFM - forée " ad-hoc" pour ce genre de périscope d ' observation lointaine; provient du B 1- fort du Chénois, appartient au Cercle Historique du Chénois, donc au dit fort , ; trouvé dans une fouille " du renard Garett"  , sur le B 1, non rebouchée, le dit Garett étant manipulé par un " rigolo"- qui n ' a pas vu ce dit chapeau, dont seule apparaissait la tranche !....(" c' est pas tout d' en avoir  un ou une ! faut-il  encore savoir s ' en servir ! " - et aussi , reboucher les trous, tant sur les "Voies Romaines", que sur des forts, ou dans des champs, ou ailleurs , y compris sur des chemins ! ! ! çà n ' est même pas de l ' incorrection , mais de la co....! ) T.Y.V.M.

visuel de surveillance-observation clocheB                                                                                                         

 Petit observatoire constitué d' une carcasse de char Renault F.T- radio- commandement , enterré-bétonné,à Montcy, et Renaud , disparus ; lotissement à la place ; où est la carcasse ?.... Au bas, rien à voir avec la L.M, mais avec les systèmes d' observation : un observatoire de " Ost- Vauquois", butte de Vauquois- guerre des mines-Meuse : observatoire allemand équipé de deux périscopes, dalle de béton armé, bloc , sur les " galeries profondes", lacis des galeries allemandes des casernements et mines 1915-1918.

Autre genre d' observatoire: tourelle de char F.T " plantée" sur socle ( celle là est du site Main de Massiges , mais elle pourrait être ailleurs ; pas la peine d' aller la piquer , on leur pique déjà du fourbi...)  Wp 002162

 Autre observatoire QQUE PART...qui sert maintenant de prise d'eau,en fond de thalweg...et qui même au fond posséde une vue immense...(l'arbre est droit et pousse droit;mais le vent souffle,the wind blows,donc, ça penche...)

   Wp 003210

Celle constituée d'une carcasse de char Char F.T Radio- Renaud ! ,nord Charleville, " qui voit vers Aiglemont", a été sauvagement détruite à la pelleteuse pour construction d'un lotissement, vers 2010....Faisait partie de la " ligne" des casemates " Tour Est de Charleville", toutes non terminées et non armées.
OBS char-radio FT RENAUD Ardennes                                                                                                         obs-sailly-Est ,pied Blanchechampagne      obs-sailly-Ouest /vallée Chiers Carignan-sailly-est;La Ferté,Chénois dans l'axe,milieu PhVue sur Vallée de la Chiers/OBS                                                                                                       chapeau-parapluie/périscopeJ2 pr GFM

cloche VDP/périscope(La Ferté)

Obs/Vallée Chiers inondée; la Ferté  vAUQUOIS;observatoire allemand,periscopes

Parapluie de périscope de cloche GFM; la Ferte-VDP, Vauquois-bloc périscopes(allemands !), Saint Walfroy...

 

 Collection d'observatoires de la Grande Guerre, Vauquois-esplanade,6 Septembre 2018:

 Wp 003523

 Wp 003524

 Wp 003527

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site